UclCulture, La Ferme du Biéreau et l’ Atelier Théâtral « Corps en Scène » présentent:


« La légèreté Sombre » à la Ferme du Biéreau ce 5 mai à 20h!


https://www.facebook.com/soncorpsvoix?fref=ts


Une expérimentation  « Corps et Son en Scène » tant la présence de l’un transforme la perception de l’autre et … vice-versa !

Transmission : 
Parce que les écrits et les musiques des artistes qui nous ont précédés restent des balises incontournables pour une vision ouverte sur le présent.
Une vision strictement complémentaire du regard scientifique.

Création : 
Parce qu’il faut initier la démarche artistique… celle qui demande l’innocence de l’enfant et l’expérience maîtrisée de l’adulte .
« L’adulte étant celui qui a gardé le sérieux avec lequel il jouait quand il était enfant ».

Objectif : 
Sensibiliser les étudiants à cette incroyable richesse expressive qui sommeille en eux et dont ils ignorent l’existence !
Et pas seulement les étudiants… toute personne souhaitant trouver un lieu privilégié pour se « reconnecter à soi-même ».
Un moment pour soi avec les autres.

Définition de la démarche :
La Création au centre de la Pédagogie
La Pédagogie au centre de la Création.


Soirée en Cinq modules:

Ces cinq modules forment un tout homogène, une présentation à part entière intitulée  » LA LEGERETE SOMBRE »  – destinée à la Grange du Biéreau.

Mais peuvent être présentés séparément dans un temps et un lieu différents.

Module Shakespeare : La mesure de la démesure (deux versions d’une même scène :  historique et voguing, gestuelle photographique du corps), simultanéité de différentes actions dans le lieu.

Module Ghelderode : Escurial (Folie et raison d’état).

Du clown au tragédien…
Version scénique avec insertion de jeux-vidéo en direct.

Module Borgès (poésie) : travail sur le labyrinthe (scénographie travaillant sur l’apparition de la cécité)

Module Gertrude Stein (roman) : performance spatiale et sonore – projet ROCK.

Module l’enfant, le père, la mère : d’après A. Liddell : performance de culture active.


Ces cinq modules utilisent un plasticien sonore (Philippe Wauman) pour sonoriser les différentes structures du lieu et accompagner ou transgresser des musiques existantes.

Un P.H.O.T.O.G.R.A.P.H.E (Roger Wibert) complète la scénographie par un regard spatialement et temporellement décalé.

La mise en place et direction du projet sont prises en charge par Jean Mastin.